Accueil / Chroniques

Chroniques

Bonjour à vous tous,

Vous trouverez ici un autre numéro de mon journal mensuel. J’espère que vous prendrez le même plaisir à me lire que moi j’ai à partager mes expériences, mes idées, mes feelings sur la vie, les affaires, le monde en général.

Je vous souhaite une bonne lecture et surtout, n’hésitez pas à reproduire ce document ou à le faire parvenir à des amis.

Enfin, je serais très heureux de recevoir vos commentaires qui me permettront de toujours améliorer ma communication.

Bien à vous,

Jean-Marc Chaput

  • Chanter pour le plaisir

    Il y a quelques fois de ces occasions qui vous permettent de réaliser des vérités toutes simples que la complexité des temps modernes nous pousse à ignorer. Un beau samedi soir de juin, nous avons assisté, ma femme et moi, à la présentation de la comédie musicale, « La Mystérieuse Agathe», présentée par l’Ensemble vocal Au Fil des Voix d l’Eau. Quelque trente chanteurs ont travaillé d'arrache-pied de septembre à juin pour réussir cette présentation.
    Lire cette chronique
  • Trou de Mémoire

    Arrivé à un certain âge, il est quasi inévitable que des proches de ma génération se plaignent de certains malaises : un genou qui refuse de plier, des étourdissements qui font perdre l'équilibre au réveil, des doigts qui crochissent et font souffrir. Rien de bien grave dans le fond. Sauf peut-être une maladie, qui elle ne crée pas de petits maux ; une maladie pernicieuse au possible, une maladie qui fait régresser un être cher sans qu'on puisse faire quoi que ce soit. Graduellement, cet être bascule dans le vide! On dirait que la tête se vide de son contenu de mots, d'idées. Tranquillement, elle te regarde, cette personne enjouée qui suivait des cours, qui lisait des bouquins; et tu vois maintenant le vide dans ses yeux. Un trou de mémoire qui va grandissant au point de dévorer toute la mémoire : un abîme se creuse!
    Lire cette chronique
  • Devoir de Mémoire

    J'ai eu la chance de faire un voyage en Pologne, il y a quelques temps. Ma femme et moi avons assisté à plusieurs concerts commémorant le bicentenaire de la naissance de Frédéric Chopin. Nous y avons entendu de la musique sublime exécutée par les plus grands interprètes de Chopin. Nous avons célébré le génie de ce musicien dans la ville où il a vécu les vingt premières années de sa vie.
    Lire cette chronique
  • La St-Valentin

    Albert Camus est un de mes auteurs préférés. Il a écrit un poème sur la vie à deux qui m'intrigue au plus haut point et sur lequel Céline et moi ne sommes pas d'accord...
    Lire cette chronique
  • L’année 2010

    L’année 2010 est commencée. Et pour moi, c’est une année charnière. Pourquoi? Parce qu’une autre année s’ajoute à celles que j’ai déjà vécues sur terre. Et ce sera ma quatre-vingtième. Eh oui! J’aurai quatre-vingts ans cette année. Je constate que mon histoire est de plus en plus longue : elle va actuellement de 1930 à 2010. Elle s’échelonne sur plusieurs périodes qui ont influencé ce qu’est devenu le Québec, le Canada, le monde. Mais ces périodes ont aussi influencé, formé ce que je suis devenu.
    Lire cette chronique
  • Le rêve passe...

    C’est là le titre d’une vieille chanson française des années 1900, une chanson de guerre où l’on parlait de défaites puis de victoires. Il est curieux qu’en cette fin d’année 2009, cette chanson revienne me hanter. 2009, malgré tout a été une année difficile. Le Québec, cependant, se sort bien de la récession, et cela pour la majorité d’entre nous. Financièrement, pour plusieurs les perspectives sont encourageantes pour l’année qui vient. Mais le bonheur, lui, se porte-t-il bien? Être heureux, savoir que les choses sont bien en place, que l’on avance normalement, tout cela est-il au rendez-vous? Savoir trouver en soi le calme, la sérénité, 2009 a-t-il été l’année que l’on souhaitait au premier janvier? Le rêve a-t-il passé sans qu’on tente même de le réaliser?
    Lire cette chronique
  • L'ultime pardon

    L’émission «Enquête» nous rappelait, il y a quelques jours, le drame qui a ébranlé la communauté amish, en Pennsylvanie. Ce 2 octobre, 2006, un tueur fou, marié et père de trois enfants, entra dans une école primaire, y fit sortir les garçons de la classe, et exécuta froidement à l’aide d’une carabine cinq filles. Il se suicida par la suite. Quelle tragédie : cinq filles de sept à treize ans y perdirent la vie, d’autres furent blessées. On ne peut s’empêcher de penser au drame de l’École Polytechnique de Montréal, il y a vingt ans : on est aux prises avec la même folie.
    Lire cette chronique
  • Des ailes pour aller plus loin

    Denise Bombardier, dans un son livre intitulé « L’énigmatique Céline Dion », raconte que celui qui a dirigé toute la carrière de Céline, René Angélil, né à Montréal de parents syriens de confession chrétienne, a permis à la chanteuse de « déployer ses ailes » à travers le monde parce qu’il avait eu dès sa naissance une vision d’ensemble de la planète grâce à ses parents de souche étrangère, eux qui n’ont certes pas hésité à lui dire que le monde était plus que le Québec seulement, plus grand que le Canada et même plus grand que les États-Unis. Au tout début de la carrière de la chanteuse, il voyait déjà sa jeune protégée sur la scène mondiale : il voyait grand!
    Lire cette chronique
  • Réapprendre à composer

    Je reçois tous les jours une petite lettre de Marie- Pier Charron intitulée; « Matin Magique». Au début du mois d'août, elle citait dans une de ses missives, une phrase de Mozart : « Je continue à composer parce que cela me fatigue moins que de me reposer.» Je n'avais jamais porté attention à ces deux verbes, composer et reposer. Le premier veut dire bâtir, crée, produire alors que le second signifie rester immobile ou allongé de manière à se délasser. Le premier parle d'un résultat à obtenir, le deuxième d'un état d'être.
    Lire cette chronique
  • Le droit de rêver ...

    Il est nécessaire pour l’homme de rêver. Cette démarche est à la base de l’espérance qui incite les humains à s’en sortir coûte que coûte. Elle est l’inverse du pragmatisme que l’on prêche avec tant vigueur de nos jours. On se demande toujours si cela est possible, si cela sera utile, pratique. Or, rêver n’a rien à voir avec le fait que cela soit pratique, utile : il ne sert qu’à rappeler à l’homme que la vie n’est pas coulée dans le béton! Il nous apprend qu’il est possible d’inventer et même de renverser la séquence des choses, des événements. Il s’agit d’y rêver d’abord! Il faut d’abord sortir de la boîte comme on le dit souvent pour découvrir autre chose vers lequel on peut tendre, découvrir une autre vision du monde, de son monde.
    Lire cette chronique