Accueil / Chroniques / Être le meilleur ou le meilleur ?

Être le meilleur ou le meilleur ?

J’entends souvent des parents dire qu’ils veulent que leurs enfants soient les meilleurs! Et peut-être que les enfants en disent autant de leurs parents. Je revois alors le film «Les Vrais Perdants» produit, il y a quelques années, par L’Office National du Film. De jeunes enfants qu’on incitait à être les meilleurs au hockey, à la danse ou encore au piano devaient y mettre tous leurs talents pour être meilleurs que les autres. La question que posait le film? Qui sont vraiment les gagnants dans tout cela, les parents ou les enfants? Ne va-t-on pas trop loin? N’oublie-t-on pas que le vrai bonheur, ce n’est pas de dépasser l’autre, mais de se dépasser soi-même!

J’assistais, il y a quelques jours, au concert de la chorale d’une de mes petites filles, Barbara. C‘était beau! Mais ce qui me plaisait le plus, c’est que tout n’était pas parfait. Je ne sentais pas le besoin de comparer ce tour de chant à celui des professionnels. En fait! Je ne faisais qu’écouter des voix très justes, admirer le travail accompli et me dire que c’était plus fignolé que l’an passé, qu’elles étaient toutes meilleures que l’année précédente.

M. Elie Wiezel, dans son livre «Soul of Fire», raconte qu’un rabbin dit ce que le Créateur nous demandera à notre arrivée devant Lui. Il affirme qu’Il ne nous reprochera pas de ne pas avoir été un grand leader, un célèbre chercheur ayant solutionné les grands mystères de la vie ou encore un grand athlète ayant gagné plusieurs médailles aux Jeux Olympiques. La question sera simplement pourquoi n’es-tu pas devenu toi, c’est-à-dire la personne pleine de vie dont seulement toi possédais tout le potentiel.

On insiste trop sur le fait de vouloir être le meilleur au lieu de vouloir être tout simplement meilleur. On veut trop fabriquer un meilleur produit que son concurrent et on oublie de tenter de se dépasser soi-même. Est-ce que mon produit est meilleur que celui que je produisais l’an dernier? Voilà, à mon avis, la vraie question! Est-ce qu’on attire les clients parce qu’on est meilleur que l’autre ou tout simplement parce qu’on est meilleur que précédemment? M Grenier, le fabriquant des fameux manteaux Kanuk, fait-il de meilleurs manteaux que sa compétition, ou tente-il d’année en année de faire toujours de meilleurs manteaux, de les améliorer d’année en année? Il ne semble pas augmenter sa production annuelle depuis des années; mais ses produits sont toujours meilleurs que l’année précédente.

Le bonheur, c’est de réaliser qu’on est meilleur que précédemment, de réaliser qu’on est allé plus loin, qu’on s’est dépassé. Pour le comédien, ce serait de mieux interpréter un rôle que dans la pièce précédente. Pour une chanteuse, de chanter encore plus divinement. Cela n’a rien à voir avec les autres comédiens ou les autres chanteuses : cela te regarde, toi! Être le meilleur parmi les autres, cela veut dire quoi? Le meilleur des moins bons?

Dans sa famille avec les enfants, avec son conjoint, la vie sera toujours de plus en plus belle, meilleure que l’année dernière.

Comme le disait si bien Albert Jacquar :« Il faut oublier la compétition, abandonner la lutte contre l’autre et la remplacer par la lutte contre soi grâce aux autres. »

À force de se définir tous comme des êtres compétitifs, de se définir par rapport aux autres, on a une vision tronquée du monde des humains : ils se divisent en gagnants, les meilleurs de tous, et les perdants, les moins bons!

Soyons tous en ce temps de Noël des gagnants grâce aux autres qui nous exhortent à être encore meilleur en 2006!


Haut de page