Accueil / Chroniques / La St-Valentin

La St-Valentin

Albert Camus est un de mes auteurs préférés. Il a écrit un poème sur la vie à deux qui m'intrigue au plus haut point et sur lequel Céline et moi ne sommes pas d'accord :

Ne marche pas devant moi,
Je ne suivrai peut-être pas.
Ne marche pas derrière moi,
Je ne te guiderai peut-être pas.
Marche juste à côté de moi
Et sois mon ami.

Après cinquante-sept ans de vie commune, je ne crois pas que ce poème reflète notre expérience conjugale, à ma femme et moi! Non! Je n'ai jamais dit à ma femme de ne pas marcher devant moi. Au contraire : je lui ai souvent dit de faire les premiers pas, de me prendre par la main, pour me guider à travers la tempête.Oh! On y était tous les deux dans cette tempête, mais à ce moment-là, c'était elle qui avait le plus de force; c'est elle qui avait la vision, le courage de foncer. Elle me répétait avant mon départ pour un rendez-vous crucial pour notre survie : « T'en fais pas! On va s'en sortie plus grand et plus fort!» Et une fois que j'étais sorti de la maison, elle versait quelques larmes sans que je le sache. Elle avait peur elle aussi, mais elle ne le laissait jamais paraître. Elle était la plus forte des deux et « elle marchait devant moi.»

Puis, un jour, les rôles se sont inversé Oh! pas souvent heureusement! Mais j'ai dû la guider quelquefois. J'ai dû la prendre par la main et insisté pour qu'elle m'accompagne à une fête où j'étais invité seul. Elle ne se sentait pas à l'aise, et j'ai malgré tout pris les choses en mains. Il y a eu aussi les rencontres d'affaires où il m'a fallu insister encore une fois pour qu'elle y soit pour m'aider à prendre des décisions capitales. Je me souviens même d'un voyage au Japon où j'étais invité à titre de consultant. Je me souviens d'avoir, malgré ses remontrances, exigé, sous peine que je ne sois pas du voyage, que Céline, ma femme, m'accompagne pour les deux semaines.  Je me souviens que cela avait causé quelques remous et de bonnes discussions. Les autres membres du voyage ne seraient pas accompagnés. Céline faisait plus qu'hésiter, mais j'étais devant et je prenais les devants. Nous avons fait un magnifique voyage au Pays du Soleil Levant. Je lui avais dit : « Marche derrière moi et je te guiderai.»

En fin, après toutes ces années ensemble, par monts et par vaux, aujourd'hui dans ce qu'on appelle l'Âge d'Or, « elle marche juste à côté de moi et elle est mon amie,» pour la vie, pour ce qui en reste!!! Regardant en arrière, je comprends et ressens toute la fragilité de notre amour, mais je sais qu'il durera jusqu'à la fin des temps... Pourquoi? Parce que tous les deux, que ce soit quelquefois l'un qui tire sur l'autre, ou l'autre qui tire sur l'un, tous les deux avons appris que l'amour, c'est quelque chose que l'on possède tous les deux à l'intérieur de nous. Elle se résume par une petite phrase que l'on se répète encore toujours dans le silence du soir avant de s'endormir côte à côte : Je t'aime !!!

BONNE SAINT-VALENTIN!!!


Haut de page